« Je sais lire, tu sais! »

Traduction de l’article de Pam Laricchia  « I can read, you know! »
Publié dans:
Life Learning Magazine, May/June 2004
Photos de Lissy Larrichia quand elle était enfant.
Traduit de l’anglais par Béatrice Mantovani

« Je sais lire, tu sais! » répliqua nonchalamment ma fille de neuf ans à son frère aîné l’été dernier. Je ne me souviens même pas ce qu’il lui avait dit, mais la réponse fut remarquable. Ce fut un tournant pour elle, de déclarer qu’elle pouvait lire.

J’avais retiré mes trois enfants de l’école un peu plus d’un an avant cet incident. Ou, plus justement, ils avaient sauté sur l’occasion de partir quand elle leur avait été offerte! À l’époque, ma fille était en deuxième année (Ndt: équivalent du CE1) et l’une des élèves préférées de sa maîtresse. C’était une bonne élève et elle semblait prendre plaisir à aller à l’école, même si elle était dans l’un des groupes les plus faibles en lecture. J’ai donc été surprise, bien qu’agréablement, qu’elle aie été sur un petit nuage pendant trois jours en envisageant le fait de ne pas avoir besoin de retourner à l’école après les vacances de mars.

Même si elle avait lu les premiers livres de lecture donnés par l’école sans trop se plaindre, elle ne voulait pas lire de livres une fois à la maison. On pouvait souvent l’entendre déclarer « je ne peux pas lire”, et rien de ce que je disais ne pouvait la convaincre du contraire. Je lui ai dit que si ça l’intéressait de lire un livre elle-même, elle pouvait me demander n’importe quel mot qu’elle rencontrerait et qu’elle ne connaissait pas encore, et je le lirai pour elle. Non merci fut sa réponse.

J’ai donc complètement lâché prise; aucune pression ou attentes. En même temps j’ai veillé à lire des livres à haute voix pour elle et ses frères à peu près tous les jours. Son frère aîné avait reçu le premier livre de Harry Potter, donc nous avons commencé par là. Tous ont énormément apprécié l’histoire et nous avons lu les quatre livres de nombreuses fois, avons attendu avec impatience la sortie du cinquième livre en juin, puis l’avons dévoré ensemble en trois jours. Si un film que nous regardions était basé sur un livre, je pouvais le mentionner. Si quelqu’un posait une question dont la réponse devait être cherchée dans un livre, je le faisais moi-même. Les livres étaient juste une autre partie de notre vie, je n’en faisais pas tout une histoire. Et quand elle me le demandait, je lisais pour elle. Ou son frère aîné le faisait, généralement quand ils étaient en train de jouer à des jeux vidéo. Je lui ai dit en passant que je découvrais encore de nouveaux mots, que personne ne les connaît tous … et ça a probablement aidé de me voir buter en essayant de prononcer des mots nouveaux et des noms dans les livres de Harry Potter.

De temps en temps, elle lisait un mot ou deux, ici et là. Occasionnellement je le lui faisais remarquer, mais elle insistait quand même sur le fait qu’elle ne pouvait pas lire. Il semblait que sa définition d ‘«être capable de lire» était d’être capable de lire les livres de Harry Potter couramment. Ou, plus généralement, je pense, être capable de lire et de comprendre des «vrais» livres, ceux au niveau de son vocabulaire, de sa compréhension et de son intérêt, pas des livres de lecture débutants où le vocabulaire est limité et l’histoire sacrifiée sur l’autel du « savoir lire ». Je sais maintenant que c’était un bon raisonnement. Où est l’urgence?

Notre première année d’apprentissage naturel s’est passée comme ça. Mais je pouvais voir des indices. Comme toujours avec le unschooling, les moments venaient à l’improviste et passaient ensuite. C’est quand vous les mettez tous ensemble sur une certaine période de temps que vous pouvez commencer à voir l’image en train de prendre vie sur la toile. Pendant nos trajets en voiture, elle commença à faire des commentaires sur les panneaux. Intéressant. Et à lire des trucs sur les publicités à la télé. Très intéressant.

Et puis, comme sorti de nulle part, l’été dernier, son commentaire à son frère: «Je sais lire, tu sais! » Ça peut ne pas sembler beaucoup, mais je sentais qu’elle avait pris un tournant. Même si elle n’avait pas encore pris un livre pour le lire, même si elle déclarait encore ouvertement qu’elle «détestait les livres», dans son esprit, il ne s’agissait plus d’ »être un lecteur », il s’agissait d’être intéressé par la lecture.

J’avais lu les livres de Harry Potter aux enfants à maintes reprises durant l’année et nous les avions enfin obtenus sur CD à la mi-été. Les garçons avaient eu leur dose, mais elle se blottissait régulièrement dans sa chambre pour les écouter. Parfois, je lui apportais de la nourriture, ou du thé, et elle souriait et disait merci et continuait d’écouter.

Septembre arriva et après les avoir écoutés tous les cinq un certain nombre de fois elle commença à écrire les choses qui lui semblait intéressantes: le discours de Dolorès Ombrage, la prophétie, l’énigme du Sphinx, les noms des centaures, les indices qu’elle constatait et étaient communs d’un livre à l’autre, etc. Je remarquais que son carnet se remplissait vite, et une nuit, alors que je faisais les courses, je lui en achetai un nouveau, que je pensais qu’elle aimerait. Elle apprécia vraiment et l’utilisa pour ses «bonnes copies» – elle dit que parfois elle écrit si vite qu’il est difficile de lire.

Écrire l’a conduite à rechercher des choses dans les livres, car parfois elle ne parvenait pas à bien comprendre les mots à partir des CD.

Elle prit les cinq livres dans sa chambre et les plaça à côté du lecteur CD pour y avoir accès plus rapidement. Peu de temps après, elle mentionna qu’elle suivait parfois dans le livre tout en écoutant. Je pensais que c’était chouette.

Puis, un après-midi quelques jours plus tard, elle descendit de sa chambre pour me montrer qu’elle avait lu les deux premiers chapitres de “L’Ecole des Sorciers”! Et elle dit qu’elle était très surprise de voir que les mots ne sont pas aussi difficile que dans son souvenir (quand elle regardait les livres quand j’ai commencé à les lui lire, j’imagine). Et elle fit remarquer que la plupart des mots dans les livres de Harry Potter sont plus difficiles à lire, car ce sont des mots inventés, qu’elle ne voit pas ailleurs. Chouette! Elle passa le lendemain matin dans son lit et lut jusqu’au chapitre quatre. Elle était très contente d’elle. Les jours suivants, elle lut dans son lit tous les matins et à divers moments de la journée et de la nuit. Une nuit, elle emmena sa couverture chauffante dans la cour arrière jusqu’à la balançoire, sortit la rallonge, apporta ses oreillers et une lampe de poche et s’installa pour lire … jusqu’à ce qu’il commence à pleuvoir! Elle était tellement enthousiasmée qu’elle apportait le livre partout et disait sans cesse « je veux lire » en cherchant un endroit tranquille. Et je trouvais discrètement un moment ici et là pour filer trouver où elle se terrait et l’entreapercevoir plongée dans un livre.

Tout au long du mois d’octobre, elle fonçait encore à toute vapeur dans la lecture et l’écriture, elle se plongeait dans les mots. Terminer la lecture de “L’Ecole des Sorciers” ne lui prit pas beaucoup de temps et elle commença vite “La Chambre des Secrets”, mais après quelques chapitres elle dit que c’était assez ennuyeux car elle savait déjà tout. Elle dit qu’au moins pendant qu’elle écoutait des livres audio elle pouvait aussi faire d’autres choses. Et wow, elle en fait des autres de choses! Hmmm, voyons si je peux en citer quelques-unes: coudre des costumes pour ses animaux en peluche; coudre des coussins pour les vendre; créer des bijoux en fil de fer en utilisant des perles qu’elle a trouvées autour de la maison et des fermoirs qu’elle crée elle-même; réparer les coussins du canapé, des pyjamas et des bas de Noël. Puis elle repassa à l’écriture – elle marqua tous ses endroits préférés dans les livres et écrivit de nombreux signes, lettres, chansons, etc. qu’elle trouva dans le scénario. Parfois, elle les écrivait à la main, parfois, elle les tapait à l’ordinateur. Certains sont accrochés à sa porte, d’autres placés en décoration autour de sa chambre, et d’autres encore stockés en sécurité pour être utilisés comme accessoires au concours de jeunes talents à la conférence Live and Learn cet été (Ndt: conférence de unschooling qui a eu lieu annuellement de 2002 à 2008.) Encore des jeux avec les mots.

En Novembre, elle sortit notre livre “les mondes magiques de Harry Potter” et les jours suivants, elle lut régulièrement. Passant en douceur au-delà de la saga Harry Potter à un livre qui avait probablement encore un vocabulaire avec lequel elle était à l’aise, elle nourrissait en même temps sa passion. De temps en temps elle me lisait certains passages à voix haute et à d’autres moments elle m’expliquait ce qu’elle avait lu. Puis, quelques semaines plus tard, elle lisait tout les emails envoyés par ses amis de la conférence. Jusque-là elle m’avait toujours demandé de les lui lire. Puis elle prit un livre de Alice Roy dans notre bibliothèque à la maison, et commença à le lire. Elle était maintenant décidément plus à l’aise avec la lecture et s’étendait au-delà de son domaine initial « Harry Potter ».

Je trouve ça tellement intéressant de suivre son chemin vers la lecture, qui commença à l’école avec les livres de lecture pour débutants. Mais elle rejeta ces livres une fois rentrée à la maison. Elle ne fit aucune tentative de lecture de son propre chef l’année et demie suivante, mais écouta beaucoup la série Harry Potter et quelques autres livres que je lus pour eux. Puis il y eut une percée quand elle déclara qu’elle pouvait lire, le point crucial n’étant plus de devenir un lecteur mais de s’intéresser à la lecture. Trouvant un intérêt passionné, au cours d’un mois elle passa à toute vitesse les étapes: écrire en écoutant les livres audio, chercher des informations dans les livres, suivre la lecture dans les livres, puis lire un des livres de façon indépendante. Je suis tellement reconnaissante que le unschooling lui ait permis de trouver sa propre voie vers la lecture.

Et, il y a quelques semaines, nous discutions dans la cuisine et elle posa une question au sujet d’un livre sur les noms que nous avions et puis s’écria avec une horreur feinte « Arghh! Je deviens un rat de bibliothèque! »

Advertisements

3 réflexions sur “« Je sais lire, tu sais! »

  1. Pingback: Apprendre à Lire Sans Leçons | Apprendre en liberté

  2. Pingback: Apprendre à écrire pour communiquer | Apprendre en liberté

  3. Merci pour ce témoignage, je remarque en le lisant bien des similitudes avec les approches (variées) de mes enfants.
    Un exemple: l’un d’eux qui dit « je ne sais pas lire ! et si je lui dit qu’il me semble que si puisque je l’entends parfois dire ce qu’il a sous les yeux, dans un livre, et rire ! il répond: quand je lirai comme toi, je saurai lire ! » …ha !? oui ! 🙂

Les commentaires sont fermés.