Le unschooling ne ressemble pas du tout à l’école

Traduction de l’article de Pam Laricchia: Unschooling doesn’t look like school at all
Traduit de l’anglais par Stéphanie Meloche
(Traduction republiée ici avec son autorisation. Original sur son blog.)

Le unschooling ressemble à la vie

Le unschooling c’est comme des vacances d’été qui ne finissent jamais, moins la chaleur (à moins que vous n’habitiez plus près de l’équateur que moi!), mais avec une grande différence : les enfants ne passent pas leur temps à décompresser, à évacuer le stress accumulé causé par les horaires stricts et par la pression de performance. Et ils ne finissent pas par se plaindre qu’ils s’ennuient parce que personne ne leur dit quoi faire. À la place, ils sont occupés à poursuivre leurs intérêts.

_MG_0048

Et à quoi ressemble l’apprentissage à l’école? La vaste majorité d’entre nous, parents, avons été à l’école, alors nous comprenons très bien le système : il y a un programme qui nous dicte ce que nous devons apprendre; un professeur qui tente de nous aider à le comprendre; et un test qui détermine si nous nous en souvenons. Répétez cette boucle sur plusieurs années et pour plusieurs sujets. C’est une méthode destinée à atteindre son but : enseigner à un grand nombre d’élèves une gamme prédéfinie d’informations.

La question est : comment les unschoolers arrivent à apprendre de cette façon, alors qu’on nous a appris qu’on ne pouvait apprendre que dans le système?

Regardons en quoi le unschooling est différent de l’école et pourquoi.

_MG_0165

(1) Pas de programme

Les unschoolers ne croient pas en l’idée que tous ont besoin de connaître les mêmes compétences et les mêmes informations générales à un âge précis. Ils comprennent que chaque personne est unique et fera différentes choses à l’âge adulte. Les parents d’unschoolers croient que c’est plus efficace pour leurs enfants d’apprendre ce qui les intéressent. Ces intérêts ont plus de chance de leur faire développer des compétences qui leur servira dans leur travail et dans leur vie d’adulte qu’un programme général. Ce qu’ils aiment faire en ce moment est une étape sur le chemin de ce qu’ils choisiront dans le futur. Ils suivent leurs intérêts, leur curiosité, à la place d’un programme.

Qu’en est-il de ce savoir et de ces compétences qui sont nécessaire pour se débrouiller dans la société? Puisque les enfants unschoolers, en grandissant, apprennent et vivent dans le vrai monde, qu’ils interagissent avec les personnes de leur communauté, ils rencontreront des occasions où le besoin se fera sentir de développer ces connaissances et compétences, et ils les développeront à ce moment.

Feeding the chickadees

(2) Atmosphère soutenante

Le fait de ne pas suivre un programme ne veut pas dire que les parents d’unschoolers ne font rien. Remplacez le programme par un environnement propice aux apprentissages. Non pas basé sur un calendrier précis, mais sur les intérêts de votre enfant. À la place d’un enseignant qui dispense de l’information et qui dirige les activités des enfants, les parents d’unschoolers supportent activement leurs enfants dans la poursuite de leurs intérêts. Le but des enfants n’est pas d’apprendre, mais de faire ce qui les attire. Le plus fascinant, c’est que lorsque leur but est de simplement vivre leur vie, les apprentissages deviennent des conséquences, merveilleuses et intenses, qui se produisent en cours de route. Et selon mon expérience, ils apprennent énormément!

Un autre aspect différent du unschooling, c’est que les parents ne croient pas que leurs enfants n’apprendront rien à moins d’y être forcé. Mon expérience m’a prouvé le contraire! Les enfants sont intéressés à explorer le monde autour d’eux. Vous n’avez qu’à observer un bambin qui a récemment appris à marcher! Cela ne change pas quand ils grandissent, à moins que les adultes dans leur vie leur retirent tout enthousiasme en les forçant ou en prenant le contrôle.

_MG_9633

 (3) L’emphase sur les aspirations

Les écoles mettent l’emphase sur les compétences qui seront nécessaires selon elles aux enfants plus tard. Avec le unschooling, nous poursuivons nos intérêts et choisissons les compétences dont nous avons besoin pour accomplir nos objectifs tout au long du chemin – autant les parents que les enfants! L’important, ce ne sont pas les compétences mais ce que vous pouvez faire avec elles.

Et les apprentissages sont bien plus efficaces dans cette perspective. Souvenez-vous combien de fois un enseignant vous a dit : « tu auras besoin de savoir ceci quand tu seras grand ». En tout cas pour moi, cela ne constituait pas une motivation suffisante pour investir de mon temps et de mon énergie. Mais qu’en est-il lorsque vous souhaitez accomplir quelque chose, maintenant? Les compétences et les informations nécessaires à cet accomplissement prennent alors tout leur sens. Vous avez maintenant une raison pour comprendre ces informations et pour acquérir ces compétences – vous souhaitez apprendre pour réaliser votre objectif. Il y a aussi de meilleures chances pour que vous vous souveniez de tout puisque cela a un sens et est relié à vos connaissances actuelles. Voilà le vrai apprentissage – celui que l’on comprend et que l’on retient.

Fuse beads craft

 (4) Interagir avec des personnes de tous âges

Les écoles regroupent les enfants du même âge – c’est la façon la plus simple de délivrer le programme en sections. Un des désavantages de ce système est qu’il n’y a qu’un adulte pour un grand nombre d’élèves; les élèves n’ont donc pas accès à différents modèles significatifs; ils acquièrent beaucoup de leurs compétences sociales avec leurs pairs du même âge, qui n’ont pas plus d’expérience qu’eux.

À la place d’avoir la possibilité de se faire des amis uniquement de leur âge et qui vivent dans la même région qu’eux, les enfants unschoolers ont souvent des amis d’âges très variés. Mais sans ces possibilités qu’offre l’école, comment les unschoolers trouvent-ils des amis? Grâce à leurs intérêts. Le karaté. La construction de robots. Les sports. L’art. Les jeux vidéo. Un intérêt commun est une base bien plus solide que l’âge pour développer une amitié.

Avoir des amis d’âges différents permet aussi aux enfants d’aider les plus jeunes et les moins expérimentés, de jouer avec enthousiasme avec ceux qui ont des intérêts et compétences similaires, et d’apprendre de ceux qui ont plus d’expérience qu’eux. L’âge n’est pas un facteur important dans la vraie vie (à l’extérieure de l’école), elle n’est donc pas non plus un facteur important pour les unschoolers qui vivent tous les jours dans le vrai monde.

_MG_9971

 (5) Pas de vacance pour les apprentissages

Les apprentissages sont vécus au quotidien. Une fois que votre famille est engagée dans le unschooling, cela devient la vie, simplement. Et il n’y pas d’utilité à prendre des vacances de la vie. Les vacances servent à explorer de nouveaux endroits et à expérimenter de nouveaux domaines; et non pas à s’échapper de nos obligations. Lorsque juin arrive, mon plus jeune me demande encore s’il aura congé durant l’été et nous répondons « Non, nous continuerons simplement à faire ce que nous faisons tous les jours ». Le concept de vacance n’a plus vraiment de sens lorsque toute notre vie est vécue comme des vacances d’été!

_MG_9908

Voilà seulement cinq différences entre l’école et le unschooling. C’est une façon complètement différente de vivre et d’apprendre! Et c’est un style de vie qui encourage les vrais apprentissages, mais développe aussi des liens familiaux solides qui dureront bien après les années d’école obligatoires.

Advertisements

7 réflexions sur “Le unschooling ne ressemble pas du tout à l’école

  1. Wow j’aime ta vision mais j’ai un enfant de 15 ans bientôt 16ans, que dois-je faire pour l’intégrer vers un métier (vétérinaire ou archthèque ) ?comment les intégrer au monde traditionnel?j,aime tellement votre méthode mais je suis insécure face à l’inconnu

  2. Bonjour Josée! Merci pour ton commentaire! Il n’est pas facile de répondre à ta question avec un commentaire sur un blog, le unschooling est difficile à distiller en quelques mots… Je te conseille de lire les autres articles sur ce blog, et de lire également là: http://sandradodd.com/french/. Si tu lis l’anglais, il y a énormément de ressources sur ces deux sites: http://sandradodd.com/unschooling.html et http://joyfullyrejoycing.com/
    Pour essayer de répondre un peu à ta question, il faut d’abord que je te pose une question: c’est ton enfant qui veut vraiment devenir vétérinaire ou architecte, ou bien c’est toi qui le pousse à trouver une voie, et donc il t’a répondu « vétérinaire ou architecte » pour que tu le laisse tranquille? 😉 (Je te pose la question pour que tu y réfléchisses, pas forcément pour que tu y répondes ici.) Si ce sont vraiment des passions, alors renseigne toi auprès de vétérinaires, s’il peut venir les observer une journée, ou peut-être faire un stage? Trouve un zoo près de chez toi qui a un programme « apprentis animaliers », ou qui voudrait bien lui montrer les coulisses du zoo, ou le prendre comme stagiaire, etc. Pareille pour architecte: renseigne-toi auprès d’architectes pour savoir s’il pourrait venir observer ou faire un stage, etc. C’est loin d’être une réponse complète, mais ce sont des pistes. Aussi, à 15 ans, on a le droit de simplement vouloir vivre sa vie maintenant et de ne pas savoir ce qu’on veut faire plus tard. Je dirais même que dans la plupart des cas, les enfants de 15 ans ne savent pas bien ce qu’ils veulent faire, que c’est normal, et que l’on devrait les encourager à explorer leurs passions du moment… Peut-être qu’elles déboucheront sur quelque chose dont ils voudront faire leur métier, peut-être pas, mais ils apprendront forcément des tas de choses sur le monde et sur eux-même.

    • Je comprend ce que vous voulez dire mais il a fait plusieurs stage dans le domaine animalier et architèque et ces deux choix sont ses but de la vie et ce n’ais pas mes choix car mes enfants ont toujours eu leurs libre arbitre en to utes choses maintenant la méthode unschooling m’intéresse vraiment mais de quel façon puis-je former mon enfant pour qu`il puisse réalisé ses rêves en empruntant la façon unscooling et comment équivaloir à ses diplôme universitaire? Y a t-il d’ autres façon d,aller chercher ces diplome

  3. Je ne pense pas qu’on puisse exercer en tant qu’architecte ou vétérinaire sans diplôme (je ne suis ni vétérinaire ni architecte, donc je ne suis pas sûre, il faudrait demander.) Le unschooling n’est pas forcément anti-diplôme, surtout au niveau universitaire. C’est plutôt un moyen de laisser les enfants libre de choisir leur propre voie, et de les aider à y arriver en suivant leurs propres centre d’intérêts. Je pense que pour savoir s’il y a d’autre façon d’obtenir ces diplômes, il faudrait faire des recherches: sur google, demander à des architectes et des vétérinaires, lire des livres, des blogs, etc. Mais il y a aussi beaucoup de jeunes gens unschoolers qui choisissent d’aller à l’université, et qui y arrivent sans problème (sans diplôme de secondaire, sans avoir jamais été à l’école auparavant.)
    Malheureusement il n’y a pas (à ma connaissance) encore de traduction en français sur le sujet, mais voici des liens vers des sites en anglais:
    http://sandradodd.com/college
    http://sandradodd.com/teen/college
    http://sandradodd.com/teens/amychilds

    En français: le livre d’André Stern, qui est un musicien et luthier (et conférencier et directeur de théâtre) français qui n’est jamais allé à l’école: http://www.andrestern.com/fr/ecrits.html

  4. Pingback: Apprendre à Lire Sans Leçons | Apprendre en liberté

Les commentaires sont fermés.